Résultats cruciaux

La saison de publication des résultats vient tout juste de commencer aux Etats-Unis. Les attentes sont hautes et c’est ce trimestre qu’elles doivent se matérialiser.

Pourquoi c’est
important ?

Le 23 mars 2020 marque le point bas de la crise du COVID-19 pour les marchés. Depuis, les indices affichent des progressions impressionnantes justifiées par les plans de stimulus monétaires et fiscaux qui ont comblé la baisse d’activité engendrée par les confinements. Les indicateurs économiques avancés montrent une forte reprise sur le premier trimestre 2021, les analystes financiers ont donc placé la barre haute en termes d’attentes. Il faut donc que les attentes des investisseurs se matérialisent pour continuer d’alimenter la hausse des marchés d’actions.

Pour ce premier trimestre 2021, les analystes s’attendent à voir une croissance des revenus de 6.4% et une hausse des bénéfices de 24.5% pour le S&P 500. Concernant la totalité de l’année 2021, le marché prévoit une croissance de 25.6% des bénéfices par action. Un des signes encourageants qui nous laissent penser que cette saison devrait être positive est le nombre de sociétés qui émettent à nouveau des anticipations pour les prochains trimestres (tableau présent au début de cet article).

Sur le S&P 500, ce nombre était passé de 99 entreprises au pour le T4 2019 contre 46 pour le T1 2020. Pour le T4 2020, le nombre d’entreprise ayant publié leurs attentes est de 94, soit un chiffre très proche de la période pré-pandémie. Cet élément confirme que les sociétés retrouvent de la visibilité sur leurs activités et ainsi nous laisse penser que les résultats publiés devraient égaler les attentes.

Le S&P 500 affichant une hausse soutenue depuis le début de l’année et compte-tenu de la valorisation élevée des marchés aujourd’hui, il est crucial que les résultats de ce trimestre soient satisfaisants. Dans le cas contraire, nous risquons d’observer une nouvelle période de volatilité.

“Pour ce premier trimestre 2021, les analystes s’attendent à voir une croissance des revenus de 6.4% et une hausse des bénéfices de 24.5% pour le S&P 500”