Encourageons l’entrepreneuriat féminin

L’univers entrepreneurial a longtemps été dominé par des figures masculines, mais au fil des décennies, les femmes ont gagné du terrain. Celles-ci se sont affirmées et même révélées être de sérieux atouts dans le monde des affaires. Beaucoup d’études le démontrent : les entreprises, dont la moitié des postes de direction (au minimum) sont occupés par des femmes, enregistrent en général une plus forte croissance et une meilleure rentabilité.

photo of city

Accéder à un poste clé ou fonder sa propre société demande souvent beaucoup de courage, de la persévérance et une stratégie bien définie. Que l’on soit un homme ou une femme. Mais c’est surtout en valorisant leurs compétences et en se battant au quotidien pour surmonter les défis spécifiques à leur genre que les femmes atteignent les plus hauts échelons au cours de leur carrière. Quand elles y arrivent, elles ouvrent la voie à celles qui nourrissent les mêmes ambitions. Dans ce sens, les femmes entrepreneures jouent un rôle essentiel dans la construction d’un avenir professionnel plus égalitaire et inclusif.

Si les femmes entrepreneures sont souvent caractérisées par leur détermination et leur résilience, les obstacles liés aux inégalités de genre continuent toutefois à leur mettre des bâtons dans les roues. Même si elles sont motivées par un intérêt particulier, une expérience personnelle ou le désir de résoudre un problème spécifique lié à leur communauté ou à leur industrie, les écueils sont pour elles bien réels. En effet, elles doivent souvent faire face à des défis uniques tels que les stéréotypes sociaux, le manque de financement équitable et même parfois, leur sous-représentation dans certains secteurs.

À titre d’exemple, la levée de fonds est une course d’obstacles pour les femmes entrepreneures. En effet, quand elles cherchent des investisseurs, des subventions ou des prêts pour financer leur entreprise elles sont confrontées à des défis. Il y a une méfiance systématique envers les projets portés par ces dernières qui s’expriment par une grande frilosité, un manque de soutien et par une injonction au dossier parfait. L’argent, un nerf de la guerre dont manque cruellement les femmes startuppers. Les hommes seront interrogés sur le potentiel de gains, et les femmes sur le potentiel de pertes.  Heureusement, cet obstacle n’est pas insurmontable. L’entrepreneuriat comporte sa part de risque. Il suffit parfois de sortir de sa zone de confort pour réussir. Quant aux échecs, ils peuvent être une étape vers le succès.

photo of city

En tant qu’entrepreneures et mères de famille, elles doivent jongler avec les responsabilités professionnelles et familiales, ce qui représente un défi de taille. Concilier ces différents aspects de leur vie n’est pas toujours facile. Toutefois, elles parviennent à trouver un équilibre en identifiant leurs priorités en définissant des limites claires et en prenant le temps de se ressourcer. Cet équilibre leur permet de rester énergiques et concentrées sur leurs objectifs. La persévérance et la détermination qu’elles manifestent finissent par porter leurs fruits, que ce soit par la croissance de leur entreprise ou par une expansion de son impacts social. Le succès peut également se traduire par la création d’un héritage entrepreneurial durable.

Les femmes entrepreneures ont généralement un œil aiguisé pour identifier les opportunités du marché. Elles observent les tendances émergentes, comprennent les besoins du public et sont capables d’innover pour répondre à de nouvelles exigences. Que ce soit dans le secteur de la technologie, de la finance, de la mode, de la santé ou dans d’autres domaines, les femmes entrepreneures explorent de nouveaux territoires souvent négligés par d’autres. Et c’est là l’un de leurs plus grands talents.

Au-delà de ces arguments, les parcours des femmes devenues entrepreneures nous parlent d’histoires fascinantes faites de passion, de détermination et de réussite face à l’adversité. À l’image de la baronne Helena Morrissey, membre de la Chambre des Lords.

Cette femme active dans les services financiers depuis plus de 30 ans a neuf enfants et a notamment écrit sur la manière de concilier parentalité et carrière. Elle fait campagne pour l’égalité financière des femmes et a fondé le 30% Club, dont le but est d’accroître la représentation des femmes dans les conseils d’administration des entreprises britanniques. Elle préside désormais le Diversity Project, dont la mission est d’attirer et de développer des talents en tous genres dans le secteur de l’investissement.

Alors que le paysage entrepreneurial continue de se diversifier, il est essentiel de célébrer et de soutenir les femmes qui s’engagent dans cette voie. Leurs réalisations sont de vraies sources d’inspirations pour les générations à venir. Elles viennent également enrichir le monde des affaires en présentant des perspectives uniques et innovantes.

Elizabeth Jacquier, CWMA

Partner & Senior Financial Advisor

Executive Director

Vous aimerez aussi

DirigeantsEntrepreneursFinanceLatest newsProfessions libérales

Quel avenir pour l’investissement responsable ?

En signant en 2015 les Accords de Paris, 196 pays – dont la Suisse – se sont engagés à réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Cet engagement entérine la volonté de ces derniers de diriger les flux financiers vers un développement plus durable, faiblement carboné, tout en renforçant la capacité d’adaptation des entreprises et des États face aux défis du réchauffement climatique.