Economie

L’année à venir s’annonce à la fois complexe et riche en opportunités. L’économie mondiale est aux prises avec la résurgence de l’inflation qui influence les politiques des banques centrales sur tous les continents. La résistance des économies occidentales face à la hausse des taux d’intérêt est remarquable, même si la victoire sur l’inflation n’est pas encore acquise. Les politiques budgétaires, en particulier aux États-Unis et en Europe, continuent de jouer un rôle central, mais la viabilité de ces dépenses fait l’objet d’un examen minutieux. Le comportement des consommateurs et les tendances du marché du travail sont des indicateurs clés qui guideront notre compréhension de la santé économique. En outre, les développements géopolitiques, en particulier dans des régions comme l’Ukraine, Taïwan et le Moyen-Orient, ajoutent des couches de complexité, influençant les sentiments du marché et les politiques économiques. Un autre thème important est l’impact de l’intelligence artificielle (IA) et de la technologie sur les structures économiques. L’essor de l’IA, en particulier dans son adoption par les entreprises et les innovations en matière de soins de santé, devrait redéfinir la dynamique du marché et les opportunités d’investissement.

Actions

Au premier trimestre 2024, les marchés actions se trouvent à un tournant déterminé par les bénéfices des entreprises, les tendances de l’inflation et les politiques des banques centrales. Nous recommandons de privilégier les actions de qualité aux bilans solides et gérés avec une vision de long terme. La diversification entre les valeurs de croissance et les valeurs de rendement est cruciale. Les dynamiques régionales jouent un rôle important, les actions européennes offrant potentiellement des opportunités attrayantes par rapport aux actions américaines, avec un ratio P/E pour le S&P 500 et l’Eurostoxx 50 respectivement de 22 et 12. Les marchés émergents comme l’Inde et le Brésil devraient bénéficier de la reconfiguration des chaînes d’approvisionnement mondiales, révélant des pistes d’investissement uniques et un cycle des matières premières positif. Les secteurs de la technologie et de la santé, portés par l’innovation en matière d’IA et de technologie médicale, sont des domaines de croissance clés de notre point de vue. 

people using escalator during daytime

Obligations

Dans le domaine des titres à revenu fixe, nous naviguons sur un chemin influencé par les positions des banques centrales sur les taux d’intérêt. Une approche prudente en matière de réduction des taux sous-tend notre stratégie. Nous observons une tendance en faveur des obligations d’entreprise de qualité, qui offrent une protection contre les ralentissements économiques. Les obligations souveraines des principaux pays développés apparaissent comme des opportunités d’investissement attrayantes par rapport à leurs homologues périphériques. Cependant nous privilégions les obligations d’entreprises.

Les obligations d’entreprise sont confrontées à des coûts d’intérêt plus élevés globalement et potentiellement à des problèmes de refinancement sur le segment du haut rendement. Sur les marchés émergents, le paysage de la dette offre un mélange d’opportunités et de risques, façonné par des facteurs géopolitiques et monétaires. Dans l’ensemble, nous préférons allouer plus de capital aux obligations de meilleure qualité et nous attendons une future opportunité sur le haut rendement à long terme.

Investissements alternatifs

Dans l’environnement actuel de taux, notre approche demeure axée sur des stratégies de portage via les obligations. Nous maintenons ainsi une sous-pondération de la classe alternative, capitalisant sur la stabilité et les rendements prévisibles offerts par les instruments obligataires. Nous restons cependant attentifs aux opportunités offertes par l’alternatif avec son potentiel de rendements non corrélés aux marchés traditionnels.

Vous aimerez aussi

DirigeantsEntrepreneursFinanceLatest newsProfessions libérales

Quel avenir pour l’investissement responsable ?

En signant en 2015 les Accords de Paris, 196 pays – dont la Suisse – se sont engagés à réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Cet engagement entérine la volonté de ces derniers de diriger les flux financiers vers un développement plus durable, faiblement carboné, tout en renforçant la capacité d’adaptation des entreprises et des États face aux défis du réchauffement climatique.